I. Fumeurs versus non-fumeurs, round 2 !

" /> III. Mais tu dois voter !

" />

| Page d'accueil | III. Mais tu dois voter !

»

27/05/2007

II. Tags et graffitis, indigence artistique maximale.

Ils sont devenus tellement banals que l'on ne s'étonne plus de les trouver là, un peu partout, sur les murs, les bus, les trains, les portes et les volets, dans les endroits inaccessibles, interdits ou dangereux (comme si la difficulté du support pouvait ennoblir la chose), dans les recoins bourbeux sentant la pisse ou, forcément plus éphémères, sur la façade vitrée de quelque Institution outragée. Leurs formes exubérantes, leurs coloris piètrement psychédéliques, sont comme autant d'explosions silencieuses et figées, mouvements ratés d'une pathétique impuissance à atteindre l'Art.

Soyons juste, lors d'une petite escapade en train vers la capitale, j'ai pu voir une jolie tête de tigre et une suite de squelettes de gros lézards en mouvement, dessins non dénués d'intérêt et de beauté. Hélas, cela représente moins de 1% du genre, le reste étant essentiellement composé de vulgaires " ratchatchas " (comme aurait dit ma maîtresse de maternelle quand je bousillais les cahiers au gros feutre), de lettrages et de signatures géantes ( !). Il y a aussi, de-ci de-là sur des façades réservées à cet effet, de jolies fresques réalisées par de véritables artistes, que personne ne confondra jamais avec les dégradations architecturales précitées.

Naturellement, il s'est vite trouvé des intellectuels pour chercher des justifications sociologiques à ce phénomène. Certes, il y en a... mais elle peuvent se résumer à peu de choses : des jeunes qui s'emmerdent, des révolutionnaires immatures, l'envie de créer sans le courage d'apprendre et de travailler (sauf talent inné, toute forme d'art demande de l'apprentissage, de l'expérience, de la sueur... conditions qui rebutent ces gribouilleurs clandestins), et puis l'émulation, le besoin d'imiter et d'en rajouter, le laxisme ambiant, le goût de l'interdit, la provocation, voire le désir basique de saccager. Tout cela ne compose par une " nouvelle forme d'expression ", encore moins d'art, mais juste un enlaidissement du réel. Poussant le bouchon plus loin, justement, certains revendiquent le statut de " d'art " à ce qui n'apparaît, pour le commun des mortels, que comme une agression visuelle. Je ne suis pas qualifié, avec mes gros sabots de paysan, pour m'aventurer sur ce terrain et oser la confrontation d'idées avec ces " spécialistes " qui savent définir ce qu'est ou n'est pas l'art. Les goûts et les couleurs, n'est-ce pas & Il me semble pourtant évident qu'une telle accumulation de grosses lettres baveuses ne peut prétendre à ce statut. Ou, s'il fallait vraiment lui accorder cet honneur, disons de l'art immature, ou de " l'ego-art ". Un grand peintre se reconnaît à son style avant sa signature. Ici la signature, et quasi exclusivement elle seule, est magnifiée jusqu'à l'éclatement, fi du ridicule. L'oeuvre n'est pas dissimulée sous cet ego démesuré, elle n'est pas née, tout simplement, aucune fécondation artistique n'ayant voulu passer par là.

Selon moi, la seule justification qui tienne la route est économique. Les fabricants et revendeurs de bombes de peintures se frottent les mains depuis des années en bénissant ces jeunes cons qui saccagent le patrimoine commun et les biens privés. Viennent ensuite les pouvoirs publics et les entreprises privées de nettoyage, de réparation, de " réhabilitation ". Puis la police et la justice, soit des milliers de personnes dont le travail dépend en tout ou partie de l'incivisme et de l'indigence créative de millions de tagueurs.

Air du temps oblige, l'on voit fleurir ( ?) des tags dénonçant la mondialisation de l'économie (mais qui produit les bombes de peintures de la contestation ?) et des cris d'alarme écologiques (ladite peinture, ses gaz propulseurs et les contenants abandonnés dans les terrains vagues sont bien sûr totalement biodégradables !). N'est pas Botticelli ou Andy Warhol qui veut. Un bus bariolé à la sauvette ne concurrencera jamais les grottes de Lascaux, pas même les pissotières de Pompéi.

16:59 Écrit par Tonton dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

tags Absolument, irrémédiablement et définitivement d'accord avec le contenu du texte.

Écrit par : Luffin | 05/03/2008

hello je voudrais avoir plus de renseigenemnts pr les garrff si c possible merci

Écrit par : isaaa | 14/01/2010

Les commentaires sont fermés.